Service client
0820 20 23 01
Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h
L'erysipèle

L'erysipèle

Définition de l’érysipèle

L’érysipèle est une maladie infectieuse et contagieuse qui se caractérise par une peau enflammée et gonflée. Autrement, c’est une infection cutanée due à une bactérie de type streptocoque, la même bactérie qui cause l’angine. Elle affecte souvent les membres inférieurs (dans plus de 85 % des cas). Elle touche principalement les adultes de plus de 40 ans. Elle attaque également les enfants, mais c’est un peu rare. Même si elle se soigne à l’aide d’un traitement antibiotique, elle nécessite une prise en charge rapide pour éviter que l’infection ne s’étende.

Origine

La signification médicale du mot érysipèle a beaucoup évolué depuis Hippocrate, chez qui il ne désigne pas toujours une infection cutanée. L’histoire d’érysipèle est aussi marquée par quelques découvertes majeures, dont celles de la pénicilline et du streptocoque. C’est surtout la pensée dermatologique qui domine avec l’apparition, à la fin du XVIIIe siècle, de la méthode de diagnostic et de classification des dermatoses. C’est Friedrich Fehleisen qui est considéré comme celui ayant élucidé l’étiologie de l’érysipèle dans les années 1 882. Mais, il faut noter que Gustave Nepveu avait déjà remarqué des bactéries dans le sang des malades.

Symptômes de l’érysipèle

Cette maladie infectieuse est douloureuse et pénible pour les personnes qui en souffrent. Elle se manifeste très brutalement par montée de la température et des frissons. Les personnes atteintes de cette maladie infectieuse présentent les symptômes suivants :

  • les douleurs aux articulations ou muscles
  • la fièvre du corps entier et
  • les éruptions cutanées.

Comme autres symptômes, ces personnes ont couramment des maux de tête. On observe à leur niveau, une augmentation de la taille des ganglions situés à proximité, là où est apparu l’érysipèle. Les symptômes au niveau de la peau peuvent apparaître en même temps que la fièvre ou soit, quelques heures après. La peau quant à elle, présente plusieurs plaques rouges, chaudes et gonflées qui font mal au toucher. Parfois, de petits saignements apparaissent sur la peau, voire un petit ulcère. En général, ces signes se remarquent sur une seule jambe ou sur le visage. Dès l’apparition des signes, une consultation médicale s’impose.

Comment prévenir l’érysipèle ?

À l’instar d’autres infections similaires, il est possible de prévenir l’érysipèle. Sa prévention commence dès l’apparition de plaie qui pourrait servir de porte d’entrée pour les bactéries. Comme principale prévention, il faut donc :

  • désinfecter toute la plaie le plus rapidement possible
  • traiter les mycoses rapidement
  • surveiller l’intégrité de la peau entre les orteils et
  • hydrater la peau des jambes avec une bonne lotion après la toilette.

Chez les personnes qui ont souffert de plusieurs récidives d’érysipèle, un traitement d’antibiotique préventif leur est proposé. Pour les personnes dont les jambes sont enflées du fait d’une insuffisance veineuse chronique, le port de bandes de contention réduit les gonflements. Cela contribue également à prévenir l’érysipèle.

Les causes de l’érysipèle

Il faut noter que l’infection est globalement due à la présence d’une brèche dans la barrière cutanée. En d’autres termes, les facteurs favorisant l’érysipèle sont les mycoses des orteils, responsables de petites fissures l’ulcère veineux de jambe, l’obésité, etc. Il faut dire que l’existence de plaie cutanée sert de porte d’entrée au germe. La rétention de liquide dans les vaisseaux lymphatiques qui peut être due à un cancer favorise également ce mal. Aussi, l’érysipèle est dû à une famille de bactéries appelées streptocoque. Ce type de bactérie, parfois présent sur la peau y pénètre à la faveur d’une plaie. Sa multiplication produit des toxines qui déclenchent une réaction inflammatoire très forte avec des symptômes aigus.

Les profils à risque

C’est une infection qui touche tout le monde. Petits ou grands, sans distinction de sexe. Mais, c’est avec l’âge que la gravité de l’infection s’augmente. Les personnes ayant la quarantaine et plus sont les plus atteintes. En effet, cette infection peut être contagieuse par contact direct de la peau à la porte d’entrée. Les personnes les plus assujetties à un érysipèle sont :

  • les personnes âgées,
  • les personnes en surpoids,
  • les diabétiques,
  • les personnes atteintes d’ulcère variqueux, et
  • les patients souffrants d’ulcère de la jambe.

Traitement de l’érysipèle

Le traitement peut se faire à domicile, mais une hospitalisation peut être envisagée dans le cas de personnes susceptibles de présenter des complications. L’hospitalisation est aussi possible lorsque le traitement d’antibiothérapie initial reste inefficace au bout de 24 à 48 heures. En effet, le traitement peut reposer sur :

  • des antalgiques
  • un traitement local de la porte d’entrée associé au repos
  • le port de bandes de contention dès l’apaisement de la douleur et
  • la recherche d’un diabète ou d’un déficit pouvant favoriser la survenue d’un érysipèle.

Par ailleurs, en cas d’érysipèle sévère, l’association d’antibiotique doit être envisagée. Elle diminue de 5 jours, la durée d’hospitalisation, pour une quantité d’effets indésirables équivalente et moins de récidives.

L’hospitalisation en l’urgence est importante dans les cas suivants :

  • signes de gravité locaux ou généraux
  • risque de décompensation d’une immortalité
  • obésité morbide
  • personne âgée de 75 ans souffrant de plusieurs pathologies et
  • un bébé de moins d’un an.

Dans ces cas, il est conseillé d’hospitaliser immédiatement le malade.

Remèdes et traitements naturels

Un bon remède naturel pour compléter le traitement clinique peut sauver. Comme exemple de plante qui traite l’érysipèle, on peut noter le genévrier. Plante médicinale, elle possède une propriété anti-inflammatoire. Elle permet de réduire la douleur et de faciliter l’élimination de la bactérie qui provoque la maladie. 5 grammes de baies de cette plante en plus de 500 millilitres d’eau bouillante constituent les ingrédients nécessaires pour le traitement. Pour la préparation, laissez les ingrédients reposer pendant 15 minutes puis filtrez le mélange à conserver au frais. Pour l’application, il est conseillé d’utiliser les gazes stériles à humidifier avec le thé. Puis, appliquez cela sur la région touchée par l’érysipèle pendant 10 minutes. Le traitement se fait 2 à 3 fois par jour. C’est un traitement maison très efficace.

Maladie dermatologique provoquant des lésions au niveau de la peau, l’érysipèle peut se soigner et se guérir avec des huiles essentielles. Si vous voulez soigner cette maladie avec les huiles essentielles, voici la manière dont vous devrez procéder :

  • versez 4 millilitres d’huile essentielle de niaouli et 2 millilitres d’huile essentielle d’eucalyptus globulus dans un flacon à pipette de 30 millilitres
  • remplissez votre contenant avec de l’huile de calophylle
  • vissez la pipette et agitez le tout. Votre produit est applicable. Appliquez votre huile essentielle diluée dans de l’huile végétale 3 fois par jour, en massant les zones enflammées.

Enfin, pour avoir un résultat positif, vous devrez poursuivre ce soin pendant 2 semaines sans interruption. C’est important si vous désirez vous débarrasser de manière définitive de la souche bactérienne résistante. Pour être vraiment certain de ne plus souffrir de ce mal, il vous faut bien suivre les traitements conseillés.

Pour conclure, par simple bon sens préventif, il est important d’avoir une bonne hygiène des pieds. Si vous voulez éviter l’érysipèle, ayez un entretien irréprochable de votre corps et suivez rigoureusement les traitements selon les indications proposées.

Sources scientifiques

  • Étude des facteurs de risque de l’érysipèle en consultation à retrouver en PDF sur le lien : www.keneya.net
  • Évaluation des facteurs de risque liés à l’érysipèle à retrouver en PDF sur le lien : www.dspace.univ-tlemcen.dz
  • Prise en charge des infections cutanées bactériennes courantes à retrouver sur le site : www.has-snte.fr
  • Traitement anti-infectieux de l’érysipèle en version PDF sur le lien : www.nosoba.chu-lyon.fr